La Sophrologie

Alfonso Caycedo, le fondateur

La sophrologie est une méthode de développement personnel fondée en 1960 par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo. Il donne à la sophrologie une traduction comme étant La science de la conscience et des valeurs de l’existence.
Le but d’Alfonso Caycedo était d’aider ses patients atteints de maladies psychiatriques à retrouver une conscience plus harmonieuse. Il intègre dans son programme l’approche phénoménologique permettant de redécouvrir chaque phénomène au plus près de sa réalité, sans jugement ni a priori.
La sophrologie est une méthode de développement personnel axée sur la connaissance de soi.
Ayant fait ses preuves, cette méthode nous concerne tous et est aujourd’hui reconnue dans de nombreux domaines (scolaire, sport, santé, milieu professionnel …).
Elle nous permet de préserver notre santé, notre vitalité, d’être plus épanouis en général…
Il est certain que lorsque nous nous libérons de nos émotions désagréables, comme le stress, l’anxiété, les peurs, colère et manque de confiance en soi, nous nous sentons mieux avec nous-même, et nous affrontons la vie avec plus de confiance et plus de motivation.
La sophrologie intervient également dans le milieu médical – Lors d’une chimiothérapie / la perte d’un membre / la gestion de la maladie et ce qu’elle entraîne en général.
La sophrologie est un travail de fond. Sud sophrologie vous propose des séances adaptées à vos besoins et à votre personnalité.

Alphonso Caycedo, le fondateur

Ethique & déontologie

Toutes les prestations proposées par Sud Sophrologie s’inscrivent dans une éthique de bienveillance et confidentialité.

  1. A affirmer l’égalité entre les personnes et à en respecter l’originalité et la dignité.

  2. A interdire toute propagande ou prosélytisme religieux ou idéologique au sein de mon cabinet ou lieux d’intervention et à lutter contre toutes les dérives sectaires dont je pourrais être témoin.

  3. A respecter et à protéger l’intégrité physique et psychique des personnes sous ma responsabilité.

  4. A respecter la confidentialité des informations collectées durant les accompagnements individuels ou travaux de groupe.

  5. A respecter et à faire respecter la législation en vigueur.

  6. A actualiser régulièrement mes savoirs et compétences afin de répondre aux attentes du public et aux évolutions de la sophrologie.

  7. A diffuser des offres claires et compréhensibles par le public. Ces offres doivent définir les modalités d’accompagnement, les objectifs visés et les limites de la sophrologie.

  8. A ne pas diffuser d’informations pouvant induire le public ou les médias en erreur ou nuisant à l’image de la profession.

  9. A user de mes droits de rectification auprès des médias afin de fiabiliser les informations communiquées au public sur la sophrologie.

  10. A respecter les concepts et principes généraux de la sophrologie ainsi qu’à ne pas dénaturer ou amalgamer la sophrologie avec d’autres techniques sans que mes clients en soient avertis.

  11. A respecter les limites de mes compétences et à orienter les clients vers un autre professionnel lorsque celui-ci nécessite un traitement ou une aide thérapeutique ne relevant pas de mes compétences.

  12. A ne pas me substituer aux professionnels de santé, à ne pas prodiguer de diagnostic, à ne pas établir de prescription médicale et à ne pas interférer avec des traitements médicaux en cours.

  13. A conserver mon éthique professionnelle lorsque j’interviens sous l’autorité d’une entreprise ou d’un organisme.

  14. A proposer, dans la mesure du possible, un confrère à mes clients lorsque je serai dans l’impossibilité de fournir mes services.

  15. A entretenir des relations confraternelles de respect et de courtoisie, d’honnêteté et de bonne foi avec les autres sophrologues.

Retour en haut